33 – LE SOLEIL ET SES ENFANTS – POST-SCRIPTUM

Suite de la sixième partie.

Post-scriptum : le Soleil en Gémeaux.

Le jour même de la publication de la sixième partie de ce 33e épisode, le 5 juin 2021, Daniel Reig la commenta laconiquement sur un réseau social en lui associant une image qui me fit tressaillir (fig. 1).

Fig. 1. Anonyme, Sol in Geminis, mosaïque, XIIe siècle (Tournus, abbatiale St-Philibert).

L’image est celle d’une mosaïque, retrouvée en 2001 à l’occasion de travaux de restauration dans le déambulatoire de l’ancienne église abbatiale St-Philibert de Tournus.[1] Daniel Reig avait fort opportunément identifié en elle un maillon supplémentaire de la tradition iconographique qui, partant des jumeaux Castor et Pollux, aboutit aux enfants de la carte du Soleil. Aussi nus que les Dioscures, les jumeaux arborent déjà les chevelures d’or que l’on retrouvera dans une miniature du XVe siècle et dans l’arcane XIX du tarot de Marseille. Détail émouvant, le geste de la main posée sur l’épaule traverse les siècles sans varier d’un iota (fig. 2).

Fig. 2. Les Gémeaux à travers les siècles : sculpture romaine (en haut à gauche), mosaïque romane (en haut à droite), manuscrit de la fin du Moyen-âge (en bas à gauche), le Soleil du tarot de Marseille (en bas à droite).

[1] B. Saint-Jean-Vitus. Saône-et-Loire. Découverte d’une mosaïque romane à Saint-Philibert de Tournus, « Bulletin Monumental », tome 160, n°4, 2002. pp. 399-400.


Pour être informé de la publication de nouveaux épisodes, abonnez-vous à la page Facebook ‘Villa Stendhal’ (Allez sur la page www.facebook.com/VillaStendhal puis cliquez sur le bouton « S’abonner »).