34 – SOUS LE REGARD DE LA LUNE – TROISIÈME PARTIE

Suite de la deuxième partie.

Troisième partie : la porte du Cancer

Les écrits de Ficin attestent qu’il partageait l’opinion selon laquelle la Lune est maîtresse du signe astrologique du Cancer, souvent représenté dans l’art médiéval par la figure d’une écrevisse (fig. 1).

Fig. 1. La Lune maitresse du Cancer, illustration d’un « livre des planètes », Bâle, vers 1465-1470 (Bayerische StaatsBibliothek, Münich).

Ainsi au livre XVIII de la Théologie platonicienne :

De quelle partie du ciel les âmes descendent-elles ? Principalement du Cancer, disent les Platoniciens, et ils pensent qu’inversement elles remontent par le Capricorne, opposé du Cancer. C’est pourquoi ils appellent le premier, la porte des humains, le second, la porte des dieux. Mais il ne faut pas se leurrer au point de prendre ici la descente et la montée par rapport à un lieu dans l’espace. En effet, comme la Lune, maitresse du Cancer, est très proche de la génération […], ils disent que les âmes descendent par le Cancer, c’est-à-dire par l’instinct lunaire et végétatif.[1]

Conformément à la tradition astrologique, Ficin reconnaît donc dans la Lune la planète maîtresse du signe du Cancer. Son interprétation sur ce point suit fidèlement celle qu’avaient proposée le Platonicien Macrobe dans son Commentaire au Songe de Scipion et avant lui Porphyre dans l’Antre des nymphes.[2] Les âmes descendent de la partie du ciel correspondant au signe du Cancer, qui est pour cette raison appellé “porte des humains” parce que la Lune, qui est la maitresse du Cancer est très proche de la génération, c’est-à-dire du monde physique.

Dans une lettre adressée à Laurent le Magnifique, intitulée “Par quelles régions du ciel les âmes descendent-elles et montent-elles ?”, Ficin formule une nouvelle fois clairement la même interprétation :

Marsile Ficin à Laurent Médicis, salut.
Avant-hier, tu as recherché avec soin, en tant que Platonicien (comme tu en as désormais l’habitude), quelles sont les causes pour lesquelles les âmes tombent dans les corps. Mais, par manque de temps, je pense, tu as omis de dire par quelle zone du ciel elles descendent principalement. Et si donc tu le souhaites, écoute ces quelques mots. Les anciens théologiens disaient que les âmes passaient dans le monde inférieur par le Cancer, domicile de la Lune. Or, comme elles viennent par intention de génération dans la région soumise à la génération, naturellement ils estimaient qu’elles suivaient la voie favorable à la génération, à travers la zone de la Lune. Pour cette raison, les anciens appelaient le Cancer la porte des mortels.[3]

Le Cancer, domicile de la Lune, apparaît donc ici comme “la porte des mortels”, à travers laquelle les âmes passent pour descendre s’incarner dans le monde physique. Pour un Platonicien comme Ficin, cette incarnation des âmes constitue un moment passager, inscrit dans le temps et l’espace, pour des réalités en elles-mêmes éternelles, puisque les âmes sont immortelles.

Fig. 1. Nicolas Conver, La Lune (détail de l’écrevisse), 1760

Dans la carte de la Lune du tarot de Marseille, la figure du Cancer se trouve plongée dans un bassin rempli d’eau, à la verticale de l’astre nocturne, ce qui peut laisser penser qu’elle représente l’incarnation dans le monde physique des influx célestes reflétés par la Lune. La carte porterait ainsi l’image du processus de génération. Pour nous en assurer, il convient cependant de distinguer cette interprétation d’une autre, également présente dans les écrits de Ficin.

À suivre dans la quatrième partie : les orientations du miroir.


[1] Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, vol. III, éd. et trad. R. Marcel, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 196 (XVIII, 5).

[2] Macrobe, Commentaire au Songe de Scipion, I, XII, 1-4, éd. et trad. M. Armisen-Marchetti, Paris, Les Belles Lettres, 2003, pp. 65-66 ; Porphyre, L’antre des nymphes, Paris, Verdier, 1989, pp.81-82.  

[3] Ficin, Opera omnia, Bâle, Henricpetri, 1576 ; réimpr. Paris, Phénix, 2000, p. 917.  


Pour être informé de la publication de nouveaux épisodes, abonnez-vous à la page Facebook ‘Villa Stendhal’ (Allez sur la page www.facebook.com/VillaStendhal puis cliquez sur le bouton « S’abonner »).